Accueil \ Actualités...

Actualités

Actualités du mois d'avril 2009

  1. Sport et émotions

    Pour certains, l’un des attraits du sport est qu’il s’agit d’une des rares activités qui nous permette de faire l’expérience d’émotions intenses…
    En voici quelques illustrations.

    Date de parution 20 Avril 2009  Auteur Fabrice De Zanet  Catégorie : Generalite

  2. S’approcher de l’état mental de la compétition

    « Si vous n'avez pas envie de vous entraîner, diminuez la durée, jamais l'intensité. »
    André AGASSI

    Qu’est-ce qui amène souvent un athlète à consulter un psychologue du sport ?

    L’incapacité à reproduire en compétition les performances réalisées à l’entraînement !

    Quelle en est la raison selon les athlètes ?

    Le stress lié à la pression de la compétition.

    Mais quelle est vraiment la raison de cette différence entre l’entraînement et la compétition ?

    Je me dis souvent que certains athlètes gagneraient beaucoup à inverser l’importance qu’ils accordent à l’entraînement et à la compétition et, en conséquence, à mieux doser l’intensité avec laquelle ils cherchent à réaliser une bonne performance.

    J’ai eu l’occasion d’observer à de nombreuses reprises combien certains athlètes éprouvent des difficultés à donner de l’importance à leur niveau de performance à l’entraînement (ils sont trop détendus, voire nonchalants). Ces athlètes performent à un niveau d’intensité inférieur à leurs capacités et, par conséquent, progressent plus lentement.

    Ces mêmes athlètes éprouvent des difficultés à relativiser l’importance de la compétition (compétition qu’ils abordent avec beaucoup de sérieux et de gravité). Ils performent alors à un niveau d’intensité supérieur à leurs capacités et, par conséquent, sont dans l’incapacité à reproduire ce qu’ils savent pourtant très bien faire.

    Cette aptitude à évoluer dans une zone d’intensité optimale (savoir élever son niveau de performance sans vouloir trop en faire) est une aptitude mentale essentielle. Paradoxalement, elle se travaille d’abord à l’entraînement.

    Dis d’une autre manière, certains athlètes sont incapables de gérer la pression et l’intensité leur performance en compétition, parce qu’ils n’ont pas pris l’habitude de le faire à l’entraînement. Des exercices spécifiques à mettre en place à l’entraînement permettent d’entraîner cette capacité à reproduire à l’entraînement l’état mental de la compétition.

    Mais comme le souligne André AGASSI, c’est d‘abord à l’athlète de se convaincre qu’à l’entraînement, il peut réduire la durée… mais jamais l’intensité !

    Date de parution 10 Avril 2009  Auteur Fabrice De Zanet  Catégorie : Optimum Coaching

  3. Préparation mentale et (ultra) endurance (1)

    « Malgré tout ce que j’ai écrit à propos de la préparation du corps pour la course, je pense que la préparation de l’esprit est le facteur déterminant de la réussite en course à pied ».
    Tim NOAKES

    Cette phrase de Tim Noakes, auteur de « Lore of running », illustre à elle seule tous les enjeux de la préparation mentale pour les athlètes d’endurance (course à pied, triathlon, ultra endurance,…). Mais davantage encore que dans d’autres sports, les athlètes d’endurance savent peu en quoi consiste la préparation mentale. Comme Tim Noakes le sous-entend, peut-être parce qu’ils estiment que la réussite est essentiellement déterminée par la qualité de la préparation physique.

    Et effectivement, la préparation mentale dans les sports d’endurance n’est pas beaucoup abordée. Des sites web tels que Runner’s world consacrent parfois un article à la préparation mentale dans le cadre de la course à pied. Si cet article présente quelques stratégies de base pour la gestion de l’avant et de l’après course, il n’aborde pas la question cruciale de la gestion mentale pendant la performance.

    Car ce qui différencie les sports d’endurance, c’est la durée et l’intensité de la performance. Tout au long de sa performance, l’athlète va devoir gérer son effort, sa fatigue, la douleur, les faits de course, les moments de solitude, les hauts et les bas, etc.

    De façon générale, la capacité de l’athlète à diriger son attention est cruciale. Ainsi, les meilleurs athlètes utilisent des stratégies d’association et de dissociation pour focaliser leur esprit sur leurs sensations de course, par exemple, ou encore pour détourner leur attention de la difficulté de l’effort.

    Paula RADCLIFFE explique, par exemple, qu’elle compte ses pas. Et lorsqu’elle a compté 3x 100 pas, c’est qu’elle a parcouru 1 miles. Pour Paula RADCLIFFE cette stratégie l’aide à se concentrer sur le moment et à ne pas penser aux miles qui lui reste à parcourir.

    A travers d’autres news, nous aborderons cette question de la préparation mentale dans le sport d’endurance. Vous découvrirez quelques-unes des stratégies utilisées par les meilleurs athlètes. Vous découvrirez plus précisément en quoi consiste la dissociation et comment l’hypnose peut être utile pour gérer la concentration pendant la course.

    Date de parution 10 Avril 2009  Auteur Fabrice De Zanet  Catégorie : Optimum Coaching

  4. Sport sans tabac

    "Sport sans tabac" est un projet visant à accompagner les fumeurs souhaitant arrêter la cigarette.

    Pour plus d’informations, consultez le site web du projet.

    Date de parution 10 Avril 2009  Auteur Fabrice De Zanet  Catégorie : Generalite

Page(s)  1  


Carte du site | Statistiques
Copyright © 2003 - 2017 OptimumCoaching - Tous Droits Réservés.
Free counter and web stats